THE DEVILS + THE REVOX + NESTTER DONUTS


VENDREDI 6 MAI, PORTES 20h30 – CHF 15


The Devils
The Devils (« Les Diables ») est un groupe de rock primitif qui vient de Naples. Ses deux premiers disques, « Sin, you sinners! » (« Péchez, vous autres pécheurs ! ») et « Iron Butt » (« Postérieur de fer ») ont été produits par Jim Diamond (connu pour son travail avec The White Stripes, The Sonics ou The Dirtbombs) et publiés chez Voodoo Rhythm Records.
Depuis 2016, The Devils ont tourné avec obstination, réalisant plus de 400 concerts. Leur ambition ? Incarner le son définitif du chaos. Rien que cela. Le style est rugueux, rempli d’allusions sexuelles choquantes, de péché et de rock’n’roll. Aussi ne sera-t-on pas étonné qu’ils adoptent une posture sauvage, un son lourd et des attitudes sournoisement séductrices au cours de concerts intenses qu’ils mènent d’une main de maître. Leur troisième album, « Beast Must Regret Nothing » (« La bête ne doit rien regretter ») qui vient de sortir, comprend en passant une collaboration avec Mark Lanegan. Derrière leur apparence cloutée et impie, The Devils sont donc surtout de redoutables musiciens et des performers expérimentés.

a2508327342_16

The Revox

Congelés par la NASA en 1966 dans le cadre d’une expérience de voyage temporel, les trois furieux musiciens du groupe THE REVOX sont réapparus au grand jour en 2011 et n’ont pas pris une ride depuis. Ces guerriers du rock’n’roll primaire usent depuis leurs Beatles Boots sur les routes du monde et remettent les pécheurs dans le droit chemin à coup de guitares fuzz, de rythmes fiévreux et de cris sauvages… FUZZ ON !!

Nestter Donuts

Le susmentionné nous vient de Barcelone et propose un « one man show » étonnant à base de « Flamenco Trash », un genre musical encore mal défini. Après une enfance passée chez les romanichels (tous guitaristes virtuoses, comme chacun sait) et une adolescence consacrée à écumer les clubs les plus sales de Benidorm, Nestter a apparemment atteint le sommet de son art. Sa mission consiste à présent à écumer l’Europe pour porter sa bonne parole, accompagné d’une guitare qu’il maltraite avec inventivité. Et comme sa route doit prochainement croiser le Kremlin, il a pu y obtenir l’asile pour une soirée (à condition qu’il se montre digne de sa réputation et joue au moins 40min).

 

258189137_303309368460900_4471262440109075495_n


Gratuit avec la carte 20ans/100francs